Montségur

Montségur est l'emblème du Catharisme, le témoin de la dernière tragédie qui a opposé les "Bons chrétiens, Bons hommes ou Amis de Dieu" aux chrétiens de l’Église catholique.

Le 16 mars 1244, 207 Cathares (selon Jean-Claude Genel) ont choisi de périr sur le bûcher plutôt que de renier leur foi. Mais ils ne furent pas les seuls à être brûlés, torturés ou tués. Depuis plus de deux siècles, ces hommes et ces femmes revendiquaient une nouvelle forme de religion, soutenus par les seigneurs de Toulouse, Carcassonne, Narbonne, Béziers... et d'Aragon (Espagne). Mais la papauté s'est alliée à la couronne de France afin d'éliminer ces opposants. La rage de l’Église de Rome fut telle qu'ils rasaient les habitations des Cathares et qu'ils déterraient les morts pour les brûler... Non-violents, les Parfaits ne combattirent l’Église catholique qu'au moyen de leur exemple et de leurs mots.

 

Le sac de Béziers en 1209, fut un carnage orchestré par le légat du pape. Toute la population fut massacrée. Les historiens estiment à plus de 15 000 le nombre de civils tués. A partir de ce moment, de nombreux bûchers furent allumés par les croisés sous l'ordre des émissaires du Pape ou du Roi.

Afin d'éviter de nouveaux bains de sang, le Comte de Toulouse présentera sa soumission au roi de France en 1243 et les soldats du roi Louis IX (qui sera connu sous le nom de Saint Louis) assiègeront le dernier bastion officiel de la résistance, le château de Montségur, situé au sommet d'une colline, appelée pog. Le siège durera presque une année. Tous les combattants furent laissés libres de partir. Mais ce dernier bûcher reste dans les mémoires des Occitans.

 

Car en éliminant ces Cathares, le pouvoir éliminait aussi tout ferment de liberté, d'indépendance, de tolérance et d'esprit critique. L'inquisition aura désormais force de  loi pour mater toute déviation. Il faudra attendre plusieurs siècles pour que les dogmes de l’Église catholique ne régissent plus la vie quotidienne et la morale et ne barrent plus la route aux progrès de la science.

C'est pourquoi la rébellion passée des Cathares est ressentie aussi vivement de nos jours.

 

 

http://www.belcaire-pyrenees.com/article-27163963.html

© 2016 par Odile Ladoux. Créé avec Wix.com